C'est vraiment toute une aventure, cette grossesse...

Je vous épargnerai la course pour arriver au bon lieu de RV pour l'écho. Imaginez quand même passer de la périphérie d'une grande ville à son hyper centre et trouver une place pour garer la voiture quand on ne trouve pas de parking et vous aurez une idée de l'état dans lequel nous étions au moment où nous sommes enfin arrivés au cabinet.

Il est 11h15-11h30, notre RV est/était à 11h, regard plutôt noir de la part de la secrétaire... "Vous avez appelé pour prévenir que vous seriez en retard?" Ben oui! Mais je ne vois pas ce que ça a changé: on a dû attendre 1h30 avant de passer! La matinée commence bien...

L'écho ensuite. Ben, c'était plutôt décevant... Nous qui nous attendions à du super matériel voire une écho en 3D, il n'y avait rien de tout ça! (Naïfs, nous?) Mais le résultat est sans appel: fente labiale et maxillaire pour sûr. Quoique, je ne le dis certainement pas de la bonne manière à voir le jargon utilisé par le radiologue, mais bon (m'en fous!). Et pour le palais? Pour l'instant, rien n'est certain. Il a essayé de prendre des clichés pendant que ouistiti déglutissait mais il ne peut rien affirmer. En même temps, ça fait déjà pas mal à encaisser, on aimerait bien en rester là.

Mais ce n'est pas fini, il est 13h passées quand nous sortons enfin, nous n'avons pas mangé et nous avons RV un peu plus loin à 14h... Hop, le temps de prendre un sandwich vite fait, Chéri le mange en marchant pendant que nous rejoignons la voiture, je programme le T*mt*m (heureusement qu'il était là, celui-là!!) et en route, Pellegrin, nous voici!

La chance semble avoir décidé de nous accompagner cette fois, nous arrivons avec un peu d'avance et avons le temps de déguster un cannelé. Bon, pas trop longtemps non plus car il y a beau avoir un grand parking là-bas, nous avons pas mal tourné avant de trouver une place et forcément, nous sommes au moins à 500m du batîment où se trouve notre RV (vive les grands hostos des grandes villes!!) mais je ne vais pas faire la fine bouche.

Petit moment rigolo avant de voir le chirurgien, l'infirmière chargée de constituer mon dossier me demande nom et adresse et surtout... quand est née Vanessa... (!) "Ben, c'est moi! Le bébé qui a la fente est encore au chaud, là" lui dis-je en montrant mon bidon.

On attend encore un peu et le chir' arrive. Il regarde les clichés de mes échos et nous explique comment vont se dérouler les opérations (dans tous les sens du terme, d'ailleurs). Là, on prend réellement conscience des conséquences d'une simple malformation... Vous êtes prêtes? Alors, première opération à 1 semaine pour recoudre un des côtés, deuxième vers 2-3 mois pour que la lèvre soit complètement fermée sous le nez. Ensuite, comme il y a une fente maxillaire, un suivi dento-facial sera nécessaire jusqu'à la fin de la croissance pour vérifier l'implantation des dents au fur et à mesure qu'elles sortiront et poser un appareil si elles sont trop de travers (ce qui ne manquera pas d'arriver apparemment).

Mais c'est sans compter une fente palatine... Si le palais a besoin d'être reconstruit, l'opération aura lieu à 6 mois avec peut-être pose de diabolos car il y a souvent un problème avec les trompes d'eustache (elles relient le nez aux oreilles, se bouchent et entrainement otites à répétition si j'ai bien compris...) Ce qui entrainera un suivi ORL et un suivi avec un orthophoniste pour évaluer les difficultés de langage et y remédier le cas échéant.

Après, ouistiti pourra bénéficier d'une opération à l'adolescence si le rendu esthétique n'est pas satisfaisant.

De mon côté, je ne pourrai pas allaiter mon bébé, c'est définitif. Il semble que le mouvement de succion fatigue trop les bébés qui, du coup, ne prennent pas assez mais je pourrai tout de même tirer mon lait pour lui donner au biberon si je le souhaite... Mouais... Là, je dois avouer que je suis encore un peu sous le choc et que je me laisse le temps de la réflexion pour décider de ce que je ferai mais ma déception est grande...

Bon, mais il y aussi des bonnes nouvelles (pas que celles-ci sont foncièrement mauvaises mais faut digérer le tout quand même): le ousititi n'a pas d'autres malformations (notament au cerveau, ce qui arrive régulièrement de pair avec une fente labiale), il grandit bien, il bouge bien et je ne suis pas obligée d'aller accoucher à Bordeaux.

Donc, on se remet de ces émotions tout doucement et surtout, on essaye de se concentrer sur des points plus positifs. On essaye de se répéter que tout n'arrivera pas en même temps et qu'il faut qu'on prenne les étapes les unes après les autres. On pense aussi (surtout?) au nid douillet qu'on va pouvoir lui offrir, on réfléchit à la déco de la chambre, son futur lit, le plaid que je suis en train de lui préparer, ce genre de choses, quoi.

Voilà le deuxième tome de nos aventures... To be continued...


Découvrez Monty Python!